fbpx

Erreur 1- une bonne alimentation = privation – FAUX

La privation n’aura que pour seul but de vous frustrer, spécialement s’il s’agit d’un aliment que vous adorez. Il peut être utile de diminuer la quantité, durant un temps, si vous souffrez d’une pathologie précise. Rarement il est indiqué d’éliminer totalement un aliment.

Exception : la maladie coeliaque où tout ce qui contient du gluten doit être éliminé de votre régime alimentaire. Il s’agit d’un cas extrême.

La réforme alimentaire réside dans le temps. Une aide précieuse est celle des désirs alimentaires. Apporter du sens à vos allergies, vos aliments adorés ou détestés, peut vous aider à en diminuer leur consommation, le remettre dans votre alimentation, ou totalement l’éliminer ou au contraire continuer à en manger. Dans tous les cas, avec l’information du sens, vous le ferez en conscience et l’énergie n’en sera que plus porteuse.

Et n’oublions pas que c’est la quantité qui fait la différence entre aliment médicament, et aliment poison !

Erreur 2 – le bio c’est bon – FAUX

Manger sain, c’est d’abord et avant tout manger des produits non transformés, de saison et le plus frais possible. Ce qui est souvent synonyme de « produits locaux ».

Manger sain, c’est retourner chez son boucher, son poissonnier, c’est faire ses courses chez l’agriculteur local, en circuit court, en se renseignant sur les modes de production et d’élevage.

Manger sain, c’est apprendre à lire les étiquettes sur les emballages et à repérer les faux amis…

LE PIRE = ce sont les produits transformés vendus dans les rayons bio. Sous prétexte que c’est bio, c’est bon pour la santé. Ici aussi il faut repérer le taux de sucre, plus spécialement le fructose qui est un des faux-amis. Autre grosse croyance, et surtout comportement néfaste, est celui de consommer des galettes de riz soufflé. C’est du sucre (amidon) à la cuillère ! Et je vois de nombreuses mamans, croyant bien faire, donner ces galettes à leurs enfants.

Erreur 3 – manger des brocolis bouillis = sain- FAUX

Il s’agit d’une métaphore, en ce sens que le bouilli n’a jamais fait rêver personne !

L’important est de varier les modes de cuisson. Les cuissons basse température, à la vapeur sont les meilleures car elles ne transforment pas ou peu les molécules des aliments (viandes, légumes) en molécules nuisibles pour la santé. Vous avez probablement déjà entendu que tout ce qui est rôti, grillé, frit est délétère. On en parle surtout pour la viande, un peu moins pour le pain (les croûtes bien ou trop dorées), et pratiquement jamais pour les végétaux (légumes, graines, céréales).

Et pourtant, ces végétaux désignés comme nos amis demandent des préparations et des cuissons spécifiques si vous souhaitez préservez votre barrière intestinale.

Manger sain, c’est aussi manger tout un tas de couleurs, c’est croquer, c’est découvrir de nouvelles saveurs, c’est assaisonner avec des plantes aromatiques, des épices …. Rien qu’en la regardant, votre assiette doit vous faire saliver !

Erreur 4 – arrêter le gras – FAUX

Le gras a été accusé durant des décennies, de boucher les artères.

Oui dans certaines conditions et avec les « mauvais » gras comme un excès de mauvaises graisses saturées (l’huile de coco fait partie des bonnes graisses saturées) et des gras trans. Regardez les étiquettes, ils y sont indiqués.

Autre circonstance aggravante : le stress. Le stress est le plus gros acidificateur de notre organisme. Son action dans les artères et d’éroder les parois internes qui se transforment. Leur surface devient comme du papier émeri. Les graisses qui devraient passer dans des artères vierges d’aspérités, se retrouvent sur un terrain où elles s’accrochent et forment à la longue des bouchons !

Résultat de cette guerre contre le gras : la mode des produits allégés est née. Allégée en gras, signifie bien souvent qu’on y a rajouté autre chose pour garder l’appétence du produit. Notamment du sucre sous forme d’amidon, Voilà une des explications de l’explosion des taux d’obésité.

Je reviens donc aux graisses. Les bonnes graisses comme les poly-insaturées (omégas 6 & 3, rapport respectif de 3 pour 1 pour la santé) et les mono-insaturées (olive, colza, noix, amande, oie …) peuvent être consommées à raison de 3 cuillères à soupe environ par jour. Quant aux omégas 3 des poissons gras, consommez-les 2 à 3 fois par semaine

Erreur 5 – il faut tout maîtriser – ne jamais faire d’écart = FAUX

Une alimentation 100% saine n’existe pas !

Ce qui compte c’est l’hygiène de vie. Ancrer de bonnes habitudes alimentaires en fait partie. Faire des écarts aussi, à partir du moment où on se fait plaisir.

Ne perdez jamais de vue que c’est la dose qui fait le poison.

Le problème de vouloir tout contrôler, l’orthorexie, c’est d’habituer le corps à une hygiène alimentaire tellement stricte, que vous le paierez très cher au moindre petit écart. Vous culpabiliserez et ce n’est pas le but recherché.

Il faut donc savoir conserver une certaine capacité d’adaptation.

A chacun de trouver son propre équilibre.

 

 

 

Event Information
Event Information